Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/04/2012

DES DÉBUTS COMPLEXES!

L'album "LE VICOMTE ET AUTRES RECITS" , signé RODOLPHE & FERRANDEZ sort enfin chez Casterman.
Gros volume noir et blanc de prés de 180 pages, il réunit la matière de 3 albums publiés initialement chez Dargaud, le Cygne et les Humanoides Associés, albums reprennant pour leur part des histoires courtes parues dans les mensuels PILOTE, À SUIVRE et MÉTAL HURLANT!
Pourquoi une telle profusion de labels?

RODOLPHE, SCENARISTE, FERRANDEZ, DARGAUD


Rodolphe s'en explique:
" Notre première collaboration avec Jacques Ferrandez, concernait un polar fantastique intitulé "L'HOMME AU BIGOS" et qui allait ultérieurement devenir le tout premier tome de la série des "ENQUETES DU COMMISSAIRE RAFFINI".
Il était initialement prévu pour passer dans la revue IMAGINE dont j'avais la charge. Mais voilà que la revue s'arrête. J'apprends par mon ami LOB qu'un nouveau magazine se prépare chez Casterman sous la houlette de Jean-Paul Mougins. On contacte ce dernier qui regarde les pages et nous sort quelque chose du genre: "Votre truc, c'est exactement ce que je ne veux pas. Mais faites moi des histoires courtes, ça m'interresse". On fait donc des histoires courtes. Qu'il prend et passe dans A SUIVRE. Ce sont elles qui plus tard donneront l'album L'HEURE DU LOUP.
En attendant, on a toujours notre HOMME AU BIGOS sous le coude et on n'a pas l'intention de le lâcher. Je le montre à JEAN-PIERRE DIONNET de METAL HURLANT, qui a le coup de foudre. On signe les contrats et on attend. Et rien ne se passe. Plus d'un an se passe. En final ce n'est pas dans METAL mais dans TELERAMA que notre histoire passe comme "feuilleton de l'été."
Bien sûr on propose la suite à Dionnet. Mais il hésite et tergiverse. Du coup je prends rendez-vous chez Glénat. Jacques Ferrandez monte de Nice (où il réside) son carton à dessin sous le bras avec dedans les 8 premières pages de notre second volume "LE MAITRE DE LA NUIT". Dionnet veut 48 heures de réflexion. Mais le soir même , le Dark Manoeuvre (son ombre noire) nous appelle : "mauvaise nouvelle les mecs. Vous vouliez aller vendre votre merde ailleurs, hein? Eh ben c'est rapé, on vous la prend!"
On est bien sûr ravis! A ceci prés que le lendemain on a rendez-vous chez Glénat. Si le MAITRE DE LA NUIT n'est plus à vendre, que fait-on? On annule le rendez-vous ou on propose autre chose?
On propose autre chose. Glénat venant de lancer le journal pour ados GOMME, on propose une série policière jeunesse "ANN et CHARLES" (2 tomes paraitront ; non plus dans GOMME qui aura entre temps disparu mais dans CIRCUS)
Dans le même temps, ayant fini un premier cycle d'histoires courtes pour A SUIVRE, on propose à MOUGINS, "LE VICOMTE, un nouvel ensemble de récits se répondant les uns les autres, et axés autour du personnage d'un escroc international. Au terme d'un repas particulièrement arrosé, le bonhomme nous déclare tranquillement que notre truc l'interresse pas.
Légèrement furieux, je fonce chez Dargaud devenu entre temps mon éditeur principal. VIDAL et THEVENET sont aussitôt séduits et passent le VICOMTE dans PILOTE avant d'en faire un album de la prestigieuse collection PORTRAITS SOUVENIRS
Voilà pourquoi, les petits jeunes que nous étions alors se sont vus publiés de façon presque simultanée chez Dargaud, Glénat, les Humanos et Casterman.
Aucune stratégie de la dispersion, juste l'envie de résister aux manips diverses, d'être publiés, d'exister!

...Comme quoi, même en ces temps anciens, les choses n'étaient déjà pas si faciles!"

Les commentaires sont fermés.