Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/12/2012

"L'AFFAIRE DBD" : LE RETOUR DE LA CONNERIE!

Dans son dernier numéro, le magazine DBD consacre sur le tard, un article de 4 pages et sa couverture à notre triste affaire juridique concernant l'album "LA MARQUE JACOBS" (voir articles précédents sur ce même site).
Frederic Bosser, triste signataire du papier, dresse de moi et de ma situation dans l'"affaire" un portrait peu flatteur, me taxant si ce n'est de mensonge, tout au moins d'hypocrisie.

Rodolphe scénariste, BLAKE ET MORTIMER, DBD


Un peu lassé de ces polémiques et agressions qui depuis quelques semaines me pourrissent la tête, j'avais décidé de passer outre, laissant le triste sire à sa triste prose.
Mais je reçois mails et coups de fils d'amis auteurs comme journalistes qui se scandalisent de la chose. Et encore des lecteurs comme celui-ci qui écrivent " Qu'est-ce que c'est que cet article douteux paru dans la livraison de fin d'année de la revue dBD où Rodolphe n'a pas droit à la parole, où il semble passer pour un hypocrite, si ce n'est un menteur ?
Très étrange papier, surtout quand on sait que Rodolphe a longtemps été l'un des collaborateurs de ce magazine... Pouvez-vous nous éclairer ?" (Denis Labrouse)

Bon. Je répond donc...

D'abord sur les accusations précises, agressives et fausses adressées à mon égard:

1/ Non, je n'ai pas été prévenu préalablement par mon éditeur de l'action intentée contre moi. Et si j'ai bel et bien reçu un appel téléphonique, c'était APRES le passage des huissiers.
2/ En effet, je n'ai pas informé le groupé média du projet puis de la réalisation de cet album. Si je devais mener à bien une biographie libre et objective de François Mitterand irais-je demander l'aval du PS?
3/ Enfin: non je n'ai en effet jamais rencontré E.P.Jacobs (même si j'ai connu certains de ses amis comme Bob de Moor) et je n'ai jamais prétendu l'avoir fait. Mais de quoi veut-on m'accuser?

Pour écrire une biographie d'une personne, il faudrait nécessairement en avoir été l'intime?

Tout dans cet article n'est qu'approximations, infos non vérifiées, méconnaissance des oeuvres et des auteurs (on m'attribue la paternité d'Aldébaran et Beltégeuse de mon ami Léo) et conneries en tout genre!
On sent tout particulièrement une volonté de faire scandale de tout bois, comme en atteste cette couverture aussi putassière qu'absurde, figurant le personnage de "La Marque Jaune" doté de l'emblème des éditions Delcourt (le fameux triangle rouge) menaçant les personnages de Blake et Mortimer.
Et celle-ci assortie du titre limpide "La menace Guy Delcourt"! Eh oui: les 11.000 exemplaires de notre petite biographie ont menacé le dernier Blake et Mortimer (tiré à prés de 500.000 exemplaires)

Comme le signale par ailleurs ce lecteur, j'ai en effet signé autrefois des critiques pour ce magazine avant que l'aspect dictatorial et déplaisant de l'éditeur (et chroniqueur principal) ne m'apparaisse intolérable.
Tout comme son manque de bonnes manières et de civilité: comment quelqu'un qui ignore le plus souvent l'usage du "bonjour" et du "merci", comment quelqu'un susceptible de mener une interview de 20 minutes en se curant le nez, pourrait-il mener une oeuvre de critique attentive, érudite, judicieuse?

Je songe non sans nostalgie à des revues d'étude comme Phénix ou les Cahiers de la Bande Dessinée et à des observateurs de notre art comme Pierre Couperie, Numa Sadoul, Claude Moliterni, Jean-Pierre Dionnet ou Henri Filippini...
Si ce DBD est la revue que les années 2000 méritent, le fait est à lire comme une bien triste vérité et un assez sombre présage de l'avenir...

Rodolphe

Commentaires

clair et net... tout est dit !
Brieg F. Haslé

Écrit par : Brieg F. Haslé | 01/12/2012

Si je puis me permettre juste une petite remarque...cette magnifique couverture n'a pas le bon nom...ce devrait être France Dimanche non?^^

Écrit par : Denix Moreau | 01/12/2012

Les commentaires sont fermés.