Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/04/2018

RE-EDITIONS

La série d’aventures merveilleuses « L’AUTRE MONDE » dessinées par FLORENCE MAGNIN et situées dans un monde « cousin » du nôtre, géré par les lois des légendes et des mythes d’autrefois est progressivement rééditée par le label CLAIR DE LUNE, sous forme d’albums au tirage limité à 2000 exemplaires

RODOLPHE, FLORENCE MAGNIN, CLAIR DE LUNE



Ce mois ci ce sont les tomes 3 et 4 correspondant au second cycle, « Le Mal de Lune », qui revoient le jour, sous une présentation soignée complétée de quelques pages de croquis…


RODOLPHE, MAGNIN, CLAIR DE LUNE



Ci-dessous une interview réalisée lors de la reprise de la série initialement publiée chez Dargaud, par les éditions CLAIR DE LUNE

AU PAYS DES SONGES
(INTERVIEW RODOLPHE)


Comment vous est venue l’idée de cet « Autre Monde » ?
Oh, elle remonte certainement à mon enfance (comme du reste nombre de mes histoires). Ce sont des fragments d’idées et de rêveries que je traine avec moi depuis des décennies et qui un jour ressurgissent et prennent forme…
Un don des dieux ?
Oui et non. Car une fois que le thème a ressurgit et s’est imposé à moi comme devant donner lieu à une histoire, il faut écrire celle-ci, la charpenter, la structurer, donner vie à des personnages, agencer les éventuels rebondissements. Et c’est là un gros travail.
Comment avez vous rencontré Florence Magnin ?
Par le biais du scénariste Christian Godard (« Le Vagabond des Limbes ») qui venait de rencontrer Florence, alors illustratrice (couvertures des « 9 Princes d’Ambre » de Zélazny) et rêvait de la faire travailler sur une bande dessinée…
Une collaboration facile ?
Oui car le thème de « L’Autre Monde » lui correspondait pleinement et n’était pas si éloigné que ça des univers que jusqu’alors elle illustrait. On s’est callés sur deux ou trois pages (c’est pas si facile que ça de passer de l’illustration à la bande dessinée) et puis c’est parti. La magie de ses images a éclaté donnant à mon histoire une dimension formidable..
C’était il y a combien de temps ?
Longtemps ! Je ne sais plus exactement ! Quand on aime on ne compte pas ! (rires) Ce que je sais c’est qu’à ce moment là, on était les seuls à créer ce type d’univers. D’ailleurs encore aujourd’hui j’ai l’impression qu’on est toujours bien à part…
Les albums ont bien marché ?
Plutôt oui ! Bien sûr ce n’était ni Asterix ni Titeuf, mais toutes ventes confondues les deux albums du premier cycle ont dû faire chacun pas loin de 50.000 . Sans parler des éditions étrangères…
Pourquoi alors avoir laissé passer tant de temps entre le premier et le second cycle ?
Erreur de stratégie commerciale, sans doute. Mais nous ne raisonnions pas en ces termes. Après l’Autre Monde (dont le premier cycle de toute façon se bouclait bien) nous avions envie d’une histoire un peu plus dure, avec une part plus violente, plus érotique aussi… Certaines critiques nous avaient d’ailleurs énervés décrivant l’Autre Monde comme un univers façon « bisounours ». On voulait se défaire de cette image.
« Mary-la-Noire » ?
En effet. Un second cycle de deux albums consacrés à une merveilleuse femme pirate. Personnellement je revendique toujours…
Revenons à l’Autre Monde. D’où est venue l’idée de ce second cycle ?
Spontanément. Quoique ne travaillant plus ensemble (Florence réalisait son « Héritage d’Emilie ») nous continuions à nous voir et nous nous sommes avoués un jour que nos personnages rôdaient toujours pas très loin et que ça nous ferait quand même sacrément plaisir de les voir revenir !
Et le thème du dyptique ? La mort ?
Le premier cycle était en grande part consacré à découvrir ce qu’il y a de l‘ »Autre côté du Ciel », le domaine des Dieux, on pourrait dire. Il était alors logique , après avoir exploré ce qu’il y a « au-dessus », d’aller voir ce qu’il y a « en-dessous », à savoir le domaine des démons et de l’enfer. Je me suis également amusé à réinterpréter à ma façon le mythe grec d’Orphée et Eurydice…
Ce second cycle était chez Dargaud. Le troisième chez Clair de Lune. Pourquoi ce changement d’éditeur ?
Le divorce s’est fait à l’amiable. Simplement –comme dans nombre de vieux couples- la passion n’était plus là. Après avoir ronronné, la série allait doucement vers l’endormissement. Dargaud courrait vers d’autres directions, d’autres sujets, d’autres auteurs et nous ne nous y retrouvions plus… Clair de Lune et Pierre Léoni, son patron, débordaient au contraire d’enthousiasme et cet enthousiasme, cette passion, est nécessaire aux auteurs pour les dynamiser et leur faire faire le meilleur de ce qu’ils portent…
Le thème de ce troisième cycle est Noel ?
Oui, cette période de l’année et ce personnage du gros barbu ont toujours fait rêver les enfants ! Il était donc logique que Jan et ses amis aillent y jeter un œil ! Mais rappelons que dans l’Autre Monde, les saisons sont également des lieux géographiques ! Le « Pays Roux » c’est le pays de l’automne et le « pays blanc » c’est celui de l’hiver. Dans ce pays les villes ont pour noms « Aaargh » « Brise » ou « Brrrr » et sa capitale est la ville de Noël.
Mais tout n’est peut-être pas aussi merveilleux qu’on le dit, au royaume du père Noël… »
Qu’en va-t-il des titres précédents édités chez Dargaud ?
Ils vont tous reparaitre dans les mois ou les trimestres qui viennent sous le label Clair de Lune.
Quid d’un quatrième cycle ?
On y pense. La chose est possible, et même probable. Mais dans l’immédiat on se consacre pleinement à l’album en route (le second volet du « Pays de Noël ») qu’on aimerait voir paraître sur le premier semestre 2019…

(propos recueillis par Charles Kerloc’h)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.