Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/06/2018

ELOGE DE L’ABANDON

Ayant perdu ma mère il y a quelques semaines, on pourrait penser que l’abandon auquel je fais allusion est le sentiment de désertion dans lequel on se retrouve à la disparition d’êtres aimés.
Mais je pense à un autre abandon: l’heureux abandon de soi-même que peut permettre une absolue confiance en autrui et en le monde environnant.

RODOLPHE, HUMEUR


Ainsi suis-je frappé (et attendri) de voir mes chats, que les rouge-gorges égarés ou les mulots téméraires assimilent certainement à des T-Rex, se vautrer et s’endormir sur mes genoux ou sur ma poitrine, pattes écartées, ventre offert aux caresses, totalement confiants et abandonnés, sachant qu’ainsi lovés contre le maitre rien ne saurait leur arriver.
Et j’ai souvent une petite nostalgie de cet abandon lié généralement à l’enfance, comme lors de ces longs diners familiaux
durant lesquels je finissais par m’endormir au fond d’un fauteuil, dans le brouhaha des conversations, dans l’écho des voix familières ou le ronron du poste radio (grandes ondes) délivrant son bulletin de météo marine…
Plus tard, lors du retour à la maison, on m’enveloppait dans un plaid puis on me couchait à l’arrière de la Traction familiale dont le ronflement régulier du moteur achevait de m’endormir…
Oui j’évoque parfois -non sans un léger pincement- ces heures maintenant bien lointaines où le monde me portait et où je me laissais porter, où je m’abandonnais avec bonheur à ses lois qui ne pouvaient qu’être sages et à l’amour de mes parents qui ne pouvaient qu’êtres immortels…

Hélas, passées les bornes de l’enfance, l’abandon n’est plus de mise. On devient tous des capitaines, de petits capitaines gouvernant leurs petits destins, et comme tels on doit se tenir bien droit derrière la barre.
Pas question de s’endormir! Face aux milles pièges de l’existence, la vigilance est de mise.
Et c’est à nous au contraire qu’il incombe d’offrir à nos enfants et nos proches l’illusion d’un monde sans danger et heureux dans lequel il fait bon de s’endormir en souriant…

Nostalgie quand tu nous tiens…
Rodolphe

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.